Bonne année?

Les vœux. Un passage plus ou moins obligé pour les hommes et femmes politiques. On remplit des tonnes de cartes de vœux avec une citation dessus (moi je n’ai pas encore commencé à y réfléchir, idées bienvenues), on fait des discours, on souhaite à tous beaucoup de bonheur, de santé, un avenir meilleur, une société plus harmonieuse et plein d’autres merveilles que l’année à venir est censée nous apporter.
C’est assez humain au fond d’espérer sans cesse que les choses s’améliorent. Pour ma part, c’est le moteur de mon engagement.
Mais n’empêche, quand on jette un coup d’œil objectif au monde qui nous entoure, d’Haïti à la Côte d’Ivoire, en passant par le nombre de personnes touchées par la misère en bas de chez nous, les faits divers, et plus généralement la bêtise humaine, peut-on vraiment être optimiste ?
Peut-on souhaiter « Bonne année ! » à des centaines de personnes, en sachant que l’année en question apportera son lot de mauvaises nouvelles et de déceptions ?
Bien sûr il faut se dire que l’existence apporte son lot de bonnes et mauvaises situations, et que c’est à nous de composer avec.
Mais quand on fait de la politique, les vœux, c’est un peu plus important que ça. On ne souhaite pas seulement aux gens un bonheur individuel, comme on pourrait souhaiter la réussite aux examens du petit cousin ou une meilleure santé pour sa mamie, on espère que l’année à venir permettra une progression collective, une avancée de la société.
Et on en revient aux fondements de notre engagement : pourquoi y croire, y croire encore ?
Parce que sans doute, c’est la seule façon d’avancer, ne pas céder. Parce qu’on n’est pas sûr d’y arriver quand on se bat, mais sûr d’échouer si on baisse les bras. Parce qu’on ne bat pas seulement pour soi ou pour ses proches, mais pour tous ceux qui n’ont plus la force.
Peut-être que dans quelques années je signerai des parapheurs entiers de cartes de voeux sans trop y croire. Mais pour l’instant quand je fais le voeu que l’année à venir soit la meilleure possible, j’y crois vraiment, et j’y crois d’autant plus que je me bats pour ça.
Alors je vous souhaite à tous une belle année 2011, une année qui ne sera pas parfaite, certes,  mais une année de combats et de réussites, une année d’espoirs et de réalisations,  une année de progrès, tout simplement.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire