Contre l’exploitation des gaz de schiste, pour un développement harmonieux des territoires

Aujourd’hui je vous fait partager un billet collectif, publié sur le blog de mon groupe au Conseil régional. Vous avez sans doute entendu parler des gaz de schiste, de la dangerosité de leur exploitation et de la mobilisation des acteurs locaux qui a forcé le gouvernement à opter pour un moratoire. Ce que l’on sait moins c’est que les élus socialistes rhônalpins ont été parmi les premiers à se mobiliser, bien avant le passage devant les caméras d’élus médiatiques comme José Bové. Après plusieurs mois de travail, nous décidons d’aller plus loin, en proposant jeudi prochain une délibération devant l’assemblée régionale.

 

Jeudi prochain, pour la toute première fois au conseil Régional Rhône-Alpes, un groupe politique proposera une délibération à l’Assemblée. Après un an de mandat, et en vertu de cette nouvelle disposition du règlement intérieur permettant le dépôt de délibération par les groupes, le groupe socialiste ouvre la voie.  Une manière nouvelle de faire de la politique et de porter la voix des citoyens dans l’Assemblée. Pour l’inaugurer, nous avons choisi un sujet pleinement politique, un sujet qui touche à l’avenir et au type même de société que nous voulons pour nous-mêmes et pour les générations à venir : l’exploitation du gaz de schiste.
Ce sujet, nous le travaillons depuis des mois, et nous revendiquons même d’en être les premiers porteurs, dès le mois d’octobre, en ayant fait voter un vœu demandant l’annulation des permis d’exploration du gaz de schiste en Rhône-Alpes, accordés par le gouvernement en mars 2010. C’est la preuve qu’avant toute agitation médiatique, il est déjà possible pour des élus, ancrés dans le territoire, d’agir et d’interpeller.

Aujourd’hui, nous voulons aller plus loin, pour déclarer fermement l’opposition de la Région Rhône-Alpes à tout processus d’exploration et d’exploitation du gaz de schiste. Mais, parce que l’opposition seule ne suffit pas, nous souhaitons qu’un grand débat public s’installe sur ce sujet, et que la Région y prenne toute sa part en organisant un colloque scientifique et citoyen.
Pourquoi ? Parce que, comme nous le répétons depuis octobre, l’exploitation du gaz de schiste est coûteuse, inutile et dangereuse !

Coûteuse, car le processus d’extraction, extrêmement complexe, nécessite des investissements colossaux et n’est rentable qu’avec un prix du gaz élevé. Inutile, car l’utilisation de nouvelles sources de gaz à effet de serre contredit les engagements du Grenelle et notre action de lutte contre le réchauffement climatique. A cet égard, une action sur l’efficacité et la sobriété énergétique, associée à une plus grande utilisation des énergies renouvelables serait bien plus utile. Dangereuse, enfin, pour  l’environnement, pour la santé humaine et animale, et pour le développement même de ces territoires.
Les conséquences de l’exploitation du gaz de schiste sont maintenant connues avec l’expérience américaine : pression sur la ressource en eau, pollution des aquifères, pollution de l’air, en raison des additifs chimiques utilisés dans les opérations d’extraction, mais aussi via les déplacements de camions nécessaires. On pointe déjà certaines maladies possibles, comme des neuropathies, des cancers… Ces exploitations sont également dangereuses pour le développement local, car en détruisant l’une des richesses de ces territoires, la qualité de l’environnement, elles entravent les activités actuelles et futures. Quel avenir pour le tourisme dans un territoire où l’eau serait de plus en plus rare, potentiellement polluée et impropre à la consommation et alors qu’on pourrait voir se multiplier les puits de forage ? Quel avenir pour l’agriculture de qualité, labellisée, alors que des pollutions seraient possibles et nuiraient à son image ? De telles opérations seraient-elles compatibles avec le grand projet de la Grotte Chauvet et son inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO ? D’ores et déjà, sur le territoire, des ventes de maison sont annulées, des projets économiques ajournés…
S’opposer à l’exploration et l’exploitation de gaz de schiste, tout en cherchant à approfondir les connaissances, est donc une nécessité pour une collectivité en charge de l’aménagement du territoire. Ça l’est d’autant plus pour une collectivité qui a fortement investi dans la préservation de l’environnement et de la ressource en eau. Ça l’est pour l’écorégion que nous avons mis en place depuis 2004.
Proposer une telle délibération est, pour le groupe socialiste, une action responsable qui prend sa place dans l’ensemble des actions menées, du niveau local au niveau national, dans lesquelles les socialistes ont su prendre toute leur place, pour défendre un développement harmonieux et durable des territoires !

Pour lire le projet de délibération du groupe socialiste, cliquez ici
Pour suivre les débats d’Assemblée en direct jeudi 24 février aux alentours de 17h30, cliquez ici.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire