Egalité femmes/hommes

Aujourd’hui, nous avons adopté à la Région une délibération en faveur de l’égalité femmes/hommes. Je suis intervenue pour le groupe socialiste. Voici ci-dessous le texte de mon intervention.
J’en profite pour vous dire de réserver votre soirée du 10 mars, date à laquelle j’organise une rencontre en mairie du 7ème sur le thème « Femmes et sport ». Je vous en dis plus très bientôt!
Monsieur le Président,
Madame la Conseillère spéciale,
Cher-e-s collègues,
Le XXème siècle a été indubitablement un siècle de progrès pour l’égalité entre les genres dans notre pays : reconnaissance d’un statut civil propre, octroi des droits politiques, ouverture progressive des études et des emplois aux femmes, loi sur l’IVG….
Cependant, des écarts importants demeurent dans de nombreux domaines. A commencer par le monde du travail : les femmes sont minoritaires à occuper des postes de direction ,leurs salaires sont moindres à poste et compétence égaux, elles sont davantage victimes du chômage de l’emploi précaire, et du temps partiel subit…
A ces inégalités, moins visibles, moins évidentes que celles qui font espérons-le, désormais parties du passé, mais néanmoins tout aussi injustes, s’ajoutent les menaces de régression orchestrées par la majorité présidentielle.
Nous avons tous en tête les menaces financières qui ont pesé sur le planning familial il y a peu et que seule une mobilisation populaire importante a su repousser…pour le moment. Je suis d’une génération de femmes politiques qui ont de la chance. La chance de pouvoir vivre pleinement notre engagement politique, et si nous sommes aussi nombreuses aujourd’hui au sein de cette assemblée, chères collègues, c’est bien parce qu’il y a onze ans, un gouvernement progressiste a pris les mesures nécessaires pour faire avancer la mixité dans la vie publique. L’année dernière, la droite, pour célébrer les dix ans de cette avancée, a choisi d’adopter une réforme des collectivités portant directement atteinte aux principes d’égalité d’accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux consacrés par la Constitution. Bel hommage !
Les calculs effectués par l’Observatoire de la parité font anticiper un total de 82,7% d’hommes parmi les conseillers territoriaux, pour 17,3% de femmes seulement, en 2014. Et les chiffres pour notre région sont tout aussi parlants.
Ainsi, les femmes représentent aujourd’hui 22,6% des élus régionaux et départementaux de Rhône-Alpes, ce qui n’est déjà pas très représentatif de la population rhônalpine, ce déséquilibre étant essentiellement dû au mode de scrutin cantonal. Mais si cette réforme est appliquée notre nombre tombera à 14,3%, avec une impressionnante représentation des femmes ardéchoises, ces dernières ne représentant pas moins de 4,3% des élus de leur département. Mais, paradoxe, si cette réforme ne fait pas le bonheur des dames, il risque de générer également une certaine frustration chez les hommes. En effet, puisque la loi de janvier 2007 garantit la parité dans les exécutifs régionaux, elle défavorise de fait les hommes vis à vis des femmes. Elus à plus de 80% dans les assemblées régionales et départementales, ils n’auraient accès qu’à 50% des fonctions exécutives.
Chose étrange, mes chers collègues, c’est cette même droite qui n’hésite pas au niveau national à saborder tous les progrès en termes de parité dans la vie locale, qui nous propose dans le cadre de ce débat ce bel amendement 73 proposant, je cite : « d’intégrer la notion d’égalité femmes/hommes dans les politiques régionales en incitant à une meilleure parité, l’Institution régionale se doit d’être exemplaire. »
Le moins que l’on puisse dire c’est que la droite n’est pas étouffée par ses contradictions !
La décision prise en mars 2010 par Jean-Jack QUEYRANNE de nommer une conseillère régionale déléguée à l’égalité femmes-hommes nous permet aujourd’hui de confirmer le travail engagé, mais aussi d’aller plus loin. La situation actuelle légitime et rend nécessaire cette délégation et cette délibération. Cette dernière nous permet d’afficher nos intentions et d’affirmer une démarche transversale. En effet, tous les secteurs dans lesquels nous intervenons sont concernés : emploi et formation, bien sûr, mais aussi sport, culture ou encore agriculture et vie associative.
Cette délégation est certes nouvelle, mais est-ce à dire que la Région n’a rien fait jusqu’à maintenant ? Bien sûr que non ! Des CARED au féminin, au prix égalité dans les lycées professionnels et les CFA, en passant par l’appel à projet égalité hommes/femmes en milieu rural, la Région a su intégrer cette notion dans nombre de ses politiques. Et rappelons également que nous avons signé la charte égalité hommes femmes dans les collectivités locales. Reste à mettre en place un plan d’action.
Ce travail s’effectuera bien sûr en lien avec la future Agence régionale de lutte contre les discriminations et avec Farida BOUDAOUD, Vice présidente déléguée à la lutte contre les discriminations, mais aussi avec Eliane Giraud Conseillère en charge de l’administration. En effet, la Région se doit, en tant qu’employeur de veiller au respect de l’égalité au sein de ses services, comme elle veille plus généralement à lutter contre les discriminations au moyen de correspondants dans les services.
Nous savons que ce combat n’est pas partagé par l’ensemble des membres de cette assemblée. N’oublions pas chers collègues, qu’en décembre dernier lors de notre débat budgétaire, le groupe Front national a proposé un amendement de suppression de la ligne égalité femmes/hommes. Une question qui ne semble pas pertinente pour les membres de ce groupe… Peut-être estiment-ils qu’aucune inégalité ne subsiste entre les hommes et les femmes en Rhône-Alpes ? Ou alors se satisfont-ils de ces inégalités?
Les femmes de Rhône-Alpes apprécieront.
Mais qu’importe, nous avancerons avec celles et ceux qui le désirent, avec vous, Madame la Conseillère spéciale. Dès l’automne 2011, nous organiserons une Quinzaine de l’égalité qui permettra d’identifier et de valoriser les bonnes pratiques sur le territoire rhônalpin. Et notre assemblée se prononcera au même moment sur une délibération cadre.Et dès la fin du mois, si la délibération qui nous est soumise aujourd’hui est adoptée, nous mettrons en place un comité de suivi que j’aurai l’honneur de présider.
Je terminerai mes chers collègues par une citation de François MITTERAND, premier Président de la République à avoir créé un portefeuille aux droits des femmes en 1981 : « L’égalité n’est jamais acquise, c’est toujours un combat ». Un combat que la Région Rhône-Alpes mènera avec force, conviction, sur l’ensemble de son territoire et sur chacune des politiques qu’elle conduira
Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire