Festival Lumière 2016: mon intervention

Je suis intervenue aujourd’hui en séance de la Métropole sur la subvention au Festival Lumière. J’ai essayé de parler des aspects méconnus du festival bien connu des Lyonnais. Retrouvez ci-dessous mon intervention.

s,1000,155-0cc656-2

Monsieur le Président,

Chers collègues,

Créé en 2009 par l’Institut Lumière, le Festival Lumière est devenu l’un des plus grands festivals internationaux de cinéma classique.

L’an dernier, 152 000 festivaliers ont assisté à 371 séances dans 72 lieux de la Métropole lyonnaise. Le nombre de séances hors Lyon est en nette augmentation soulignant l’intérêt des communes de notre métropole (plus d’une vingtaine) et de leurs habitants. Plusieurs communes ont participé au festival au delà de ces projections avec des conférences, des expositions et des ateliers-débats.

Depuis 3 ans se déroule en parallèle du festival le marché du film classique : pendant trois jours, les professionnels du cinéma sont invités à débattre et échanger sur l’état présent et l’avenir de l’exploitation du cinéma classique.

Si nous connaissons tous le Festival dans ses grandes lignes : grandes projections à la Halle Tony Garnier et à l’Amphithéâtre 3000, séances partout dans la Métropole, remise du Prix Lumière… je voudrais vous parler de certains aspects moins connus de ce festival et qui en font pourtant toute sa richesse et contribuent à son succès, et, nous l’espérons tous, sa longévité.

Il y a tout d’abord le remarquable travail effectué auprès des scolaires.

Chaque année, tous les niveaux scolaires peuvent participer au festival Lumière. Pour son édition 2015, plus de 6637 élèves ont participé au festival. Un quota de places est réservé pour chaque séance aux élèves et à leurs enseignants.

Des spécialistes du cinéma se déplacent également dans les écoles et les collèges du Grand Lyon pour réaliser des ateliers autour du cinéma.

Et, pour la troisième année consécutive, chaque lycéen ayant participé à une séance pourra voter pour un film par l’intermédiaire d’Internet pour attribuer le Prix des Lycéens.

Le festival touche chaque année de plus en plus de scolaires, et le nombre d’établissements scolaires concerné augmente chaque année : ils étaient 237 en 2015.

Un autre fait méconnu : le festival Lumière travaille avec plusieurs associations dans le domaine de l’insertion sociale et professionnelle.

Parmi les 450 bénévoles qui ont participé au festival Lumière 2015, une quarantaine de personnes l’ont fait dans le cadre la semaine de l’intégration, qui se déroule la même semaine que le festival.

L’objectif est de les intégrer ainsi à un cursus d’insertion professionnelle via la structure des bénévoles.

Par ailleurs, le Festival Lumière de Lyon ne se joue pas uniquement dans les salles obscures. Des projections ont également lieu dans des lieux d’habitude exclus du cinéma : à la maison d’arrêt de Corbas et à l’hôpital.

Les enfants et les adolescents des services de pédiatrie du Groupement Hospitalier Est, de l’Hôpital Femme-Mère-Enfant de Bron, et du Centre Léon Bérard, accompagnés de leurs familles, ont assisté à une projection en partenariat avec l’association Les Toiles Enchantées avec laquelle le festival Lumière travaille chaque année depuis 2010.

Mais l’aspect le plus méconnu du Festival Lumière est sans doute la démarche bas carbone dans laquelle il est engagé depuis 6 ans.

Cette démarche vise à compenser l’impact environnemental du festival par le soutien à un projet de développement durable en région. Une part des recettes de vente du catalogue est reversée au projet retenu.

Parmi les 6 projets retenus depuis 2009 on peut citer par exemple le projet de reconstruction du refuge du Dôme du goûter sur une voie d’ascension du Mont Blanc, ou encore la plantation de feuillus dans la forêt communale de Villette de Vienne en Isère.

Le festival Lumière poursuit également son engagement pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre avec la mise en place de voitures électriques pour le transport des invités du festival, des copies de film, des éléments de communication et de fournitures techniques dans toute l’agglomération.

Notons aussi l’effort effectué concernant le tri des déchets sur le village du festival, et la promotion des transports en commun dans toute l’agglomération.

Démarche d’élargissement à tous les publics, dimension éducative et sociale, démarche bas carbone, autant d’aspects du festival Lumière qui mériteraient d’être mis en lumière, justement !

Pour cette nouvelle année, le festival proposera 2 jours supplémentaires avec plus de séances afin de répondre à l’affluence grandissante du public (en augmentation de 7% l’an passé).

Il nous faut encore attendre quelques semaines avant de découvrir le programme de cette édition 2016, et la révélation du Prix Lumière, en attendant c’est avec plaisir que les élus du Groupe socialiste voteront ce rapport.

Je vous remercie.

source photo: Festival Lumière

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire