Plan pour les mobilités actives de la Métropole

La Métropole de Lyon vient d’adopter son Plan pour les mobilités actives (nouveau nom pour les modes doux). Retrouvez ci-dessous mon intervention en séance.

1601729_10152297084701392_1410526936_o

Monsieur le Président,

La délibération que nous nous apprêtons à adopter est une délibération importante pour ce mandat. Tout d’abord parce qu’une politique qui mobilise 160 millions d’euros n’est jamais négligeable, mais aussi parce que nous parlons de la politique de mobilité, et que c’est cette politique qui rend possible toutes les autres.

En effet, comment envisager les questions de développement économique, d’insertion et d’emploi, d’accès à l’éducation, à la culture, au sport, d’urbanisme, et bien évidemment des questions environnementales, sans en passer par les questions de mobilité et de déplacements ?

Si toutes nos politiques sont interconnectées, c’est bien la question de la mobilité qui est centrale et qui les relie les unes aux autres.

Penser la mobilité, c’est à la fois répondre aux enjeux de santé publique, aux défis environnementaux, mais aussi réfléchir aux questions d’équité et de cohésion sociale, d’évolution démographique, et à l’amélioration du cadre de vie. Bref, c’est se fixer pour objectif de faire de notre métropole un territoire durable.

Mais cette délibération est également importante car parler de déplacements c’est parler de la ville d’aujourd’hui, de ses usages, de la façon dont les habitants s’en emparent, mais c’est aussi et surtout parler de la ville de demain.

Je pense que nous sommes tous d’accord dans cette assemblée pour dire que la métropole de Lyon ne ressemble pas à ce qu’elle était il y a 20 ans. Nous serons d’accord également pour dire que nous ne nous déplaçons pas à Lyon comme nous nous déplacions il y a 20 ans, et ceci est le résultat de politiques volontaristes.

Les très bons résultats de ces politiques nous incitent aujourd’hui à poursuivre et accentuer le mouvement.

Nous voici donc aujourd’hui avec cette délibération relative aux modes actifs, une expression qui permet de regrouper tous les modes de déplacement dans la rue sans autre énergie que l’énergie humaine, principalement les déplacements cyclable et piéton.

Cette politique doit bien sûr être pensée en complémentarité avec celle des transports collectifs, mais aussi le covoiturage et l’auto partage, et à mettre en perspective avec notre volonté d’écarter du cœur de notre ville les circulations nationales et internationales.

Il s’agit bien d’avoir une vision et une stratégie globale, de multiplier et diversifier les dispositifs pour rendre plus efficace le système de déplacements afin d’utiliser le bon mode au bon moment.

Cette délibération reprend l’esprit d’innovation dont nous avons fait preuve ces dernières années, tout en le renforçant et même l’amplifiant avec des objectifs ambitieux, à l’image de ceux fixés par le PDU.

Si beaucoup a déjà été fait comme le prouvent les chiffres impressionnants de l’augmentation du trafic vélo et de la part modale des déplacements piétons, mais également les aménagements d’infrastructures dédiées, notre PPI ne dénombre pas moins de 400 projets relatifs à la mobilité active, 400 projets qui, comme je vous le disais, représentent 160 millions d’euros.

Il est intéressant de noter d’ailleurs que sur ces 160 millions d’euros, 45 sont consacrés au projet des communes.

J’ai vu que certains s’inquiétaient de l’absence de programmation année après année, détaillée de l’ensemble des réalisations. Rappelons que nous votons ici ce que nous pouvons qualifier de délibération cadre, il s’agit de fixer un cap, d’énoncer des objectifs et des moyens, pas de rentrer dans les détails du calendrier des années à venir. Nous prenons aujourd’hui des engagements formels, ce qui est dit sera réalisé.

Sans citer toutes les mesures qui seront mises en place et tous les aménagements qui seront réalisés dans les années qui viennent, notons les objectifs ambitieux en matière de développement de zones apaisées, de linéaires cyclables, mais aussi de stationnements vélos. Saluons également la phase deux de Velov, avec le développement du nombre de stations et de vélos, l’apparition du Velov électrique, et aussi l’extension territoriale qu’il nous faudra envisager au cas par cas, en fonction des infrastructures existantes, des connexions en matière d’intermodalités, et de la continuité cyclable.

Enfin, toujours en ce qui concerne le vélo, la relance du dispositif d’aide à l’achat de vélos à assistance électrique, la mise en place d’une offre de location longue durée, et la création de vélostations avec des services supplémentaires ne pourront qu’amplifier le développement déjà important de la pratique cycliste en ville.

La délibération est également ambitieuse en matière de développement des déplacements piétons, avec des réalisations de cheminements attendus comme le passage Magellan, ou l’aménagement de la voûte ouest de Perrache. Il nous semble important de développer la part modale des piétons, tout en réfléchissant à la question de leur sécurité vis à vis des autres modes, aussi bien les voitures que les vélos.

Ce que nous formalisons aujourd’hui avec cette délibération c’est notre volonté d’aller encore plus loin face a des résultats déjà très intéressants et de continuer à faire de la Métropole de Lyon un lieu d’innovation reconnu en matière de mobilités actives.

Je vous remercie.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire