Projet régional de Santé: mon intervention

Je suis intervenue hier en séance de la Métropole au sujet de l’avis que nous devions rendre sur le Projet régional de santé. Voici mon intervention.

Monsieur le Président,

Chers collègues,

Nous avons aujourd’hui à prononcer un avis métropolitain sur le Projet Régional de Santé, document qui traduit les orientations de l’ARS pour notre Région sur une durée de 10 ans, évalué et réajusté au bout de 5 ans pour tenir compte des évolutions de notre société.

Si nous pouvons nous émouvoir des délais qui nous ont été accordés pour rendre notre avis ainsi que du fait que ce dernier ne sera vraisemblablement pas pris en compte dans l’immédiat car l’ARS a déjà validé son projet, nous savons qu’un dialogue entre nos institutions existe et que cet avis aura néanmoins son utilité.

Nous partageons bien évidement son ambition d’améliorer l’état de santé des habitants de nos territoires, favoriser l’accès aux soins et lutter contre les inégalités sociales et territoriales en matière de santé.

Ce sont des défis auxquels tous les territoires sont confrontés et dont l’impact est réel sur notre santé et notre qualité de vie. Il est en cela important de travailler la prévention, l’accompagnement et la prise en charge dans tous les milieux et tout au long de la vie.

Car nous le savons, il existe de fortes inégalités en France en termes d’espérance de vie en bonne santé et nous pourrions presque dire : « dis-moi de quel milieu sociale tu viens et je t’indiquerai ton espérance de vie ».

Garantir l’accès à la prévention, aux soins et à l’accompagnement pour tous est donc à nos yeux une priorité et les remboursements annoncés par le gouvernement concernant les aides auditives, dentaires et optiques avec le reste à charge zéro s’inscrit dans ce vaste programme.

Nous saluons plus particulièrement la mise en avant de la prévention qui, nous le savons est un enjeu majeur. Comme nous le disons très souvent, en France nous savons très bien soigner, mais nous ne savons pas assez prévenir. Or, bien des problèmes que nous accompagnons ou soignons pourraient être évités ou atténués par une prévention efficace.

Le renforcement des logiques de dépistage et de repérage comme pour l’Autisme est pour nous une réelle avancée. Nous savons qu’intervenir précocement auprès de l’enfant est la clef d’un parcours de vie plus autonome et donc plus soutenable pour la famille et la collectivité. Notre retard en la matière est important et nous saluons le travail aujourd’hui mené par l’État sur cette question.

Ce projet donne également une place importante à l’innovation et à l’expérimentation, deux logiques que nous ne pouvons que soutenir tant elles sont au cœur de notre stratégie métropolitaine. Il est en effet important de rechercher, partout où cela est possible, de nouvelles méthodes plus adaptées ou plus efficaces aux situations et aux besoins que nous rencontrons. En ce sens, nous soutiendrons la mise en place d’instances collectives et transdisciplinaires de travail.

Nous soutenons plus particulièrement la volonté de proposer des accompagnements plus souples et plus inclusifs pour les personnes en situation de handicap, en perte d’autonomie ou en difficulté. Il est en effet important que ces personnes ne subissent pas de ruptures dans leur parcours de vie ou de limitations qui seraient dues à une inadaptation des accompagnements à leur situation.

La transversalité annoncée dans les politiques de santé et leur mise en lien avec les politiques environnementales et sociales dont des objectifs que nous ne pouvons que partager car nous savons que des liens très nets existent entre ces différents facteurs pour garantir une meilleure santé pour tous.

Nous émettons cependant un certain nombre de réserves concernant la prise en compte de notre Métropole comme un territoire et une collectivité de plein exercice au regard d’un certain nombre d’instances nationales qui continuent à fonctionner et à émettre des statistiques sans tenir compte de la création de la Métropole. Cela nuit à la remonté d’informations et donc à l’efficacité des dispositifs, leur évaluation et donc, au final, au service rendu à la population.

Il sera d’ailleurs très important de mettre en lien les politiques menées par l’ARS avec celle que nous défendons dans le Projet Métropolitain des Solidarités. Car si elles partagent une philosophie commune, il sera néanmoins nécessaire de les faire concorder concrètement sur le terrain.

Nous avons à cœur, dans le travail que nous menons avec l’État et les instances partenaires de faire connaitre et prendre en compte les problématiques spécifiques de notre Métropole.

Je vous remercie.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire