Quand la droite fait la pub de la gauche

Les Primaires ont largement occupé le devant de la scène médiatique, certes parce que c’était un exercice démocratique inédit, mais aussi parce que toute la grande famille de la politique en parlait. Toute, y compris la droite.
Pas seulement pour dénigrer le dispositif, puisque certains y étaient favorables, mais pour commenter les divers rebondissements de la campagne. Et cela s’est vérifié sur les réseaux sociaux où mes contacts de droite ne parlaient que de ça, et posaient même des questions aux internautes de gauche.
Ensuite il y a eu cette convention UMP façon Juste prix, consacrée au démontage du projet du PS. Mettre tant d’énergie à (mal) décrypter un programme adverse quand on est soi-même aux affaires, donc légèrement occupé, et qu’on a aussi un programme à rédiger, fichtre, c’est avoir du temps à perdre.

 

JF Copé sait-il lancer son micro comme Philippe Risoli? (source photo le JDD.fr)

 

Maintenant, l’UMP s’intéresse aux accords à gauche. Etrange, non? Jean-François Copé a commencé avec sa tentative d’ingérence dans les négociations entre le PS et EELV, comme si nous nous mêlions de ses relations avec le Nouveau Centre.
Très drôle d’ailleurs: alors que l’UMP prévoyait de plancher sur le volet environnement de son programme, Copé, avant d’entrer en séance de travail, s’adresse aux journalistes pour parler… de l’accord PS/EELV. Pas une seconde il ne pense à parler en positif de ce que fait ou prévoit de faire la droite.
Puis carrément Nicolas Sarkozy candidat, …pardon, Président de la République qui se sent obligé de commenter le volet énergétique du programme PS lors d’un discours. Un Président qui commente, en réaction, notre projet, c’est trop d’honneur.
Bizarre, pourtant, parce qu’on n’a jamais été très doués à gauche pour imposer un agenda politique et médiatique.
Alors que se passe-t-il?
Certains pensent qu’il s’agit d’une stratégie offensive: pointer quotidiennement, systématiquement ce qu’ils considèrent comme des faiblesses de leurs adevrsaires. Je n’en suis pas si sûre.
Et si la droite parlait sans cesse de la gauche parce qu’elle n’a rien à dire aux Français?
Les plans de rigueur s’enchaînent, les cadeaux aux plus riches sont maintenus, aucune bonne nouvelle n’est à annoncer en perspective, les cotes de popularité de ses leaders sont mauvaises, et, quand on est sortant, difficile de faire croire qu’on fera en 2012 ce qu’on n’a pas fait en 5 ans. Alors la droite décide de taper et de faire une campagne « contre », une campagne d’opposition. Pour nous faire oublier que ce sont eux qui sont au pouvoir, comme Sarkozy avait fait oublier qu’il était déjà membre d’un gouvernement sortant?
Mais ce que la droite oublie, outre le fait que les électeurs ne sont pas les sombres crétins qu’ils imaginent, c’est qu’en mal ou en bien, on parle de la gauche, cette gauche qui paraissait représenter une alternative peu crédible il y a quelques mois, malgré une cote de popularité déjà très basse de Sarkozy.
Et si la meilleure pub pour la gauche, c’était celle que lui fait la droite?
Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire